Maison de la Réserve Naturelle du Lac de Remoray - www.maisondelareserve.fr
Jura en hiver
Exposition suivante Exposition suivante
Exposition précédente Exposition précédente

Affiche de l'exposition : D'une aube à l'autre
D'une aube à l'autre
en vallée du Doubs

Florent Cardinaux et William Chauvin
du 2 octobre 2010 au 2 janvier 2011

De l'éveil du faucon au guet du hibou, le photographe Florent Cardinaux poursuit la ronde du soleil et de la lune en vallée du Doubs. D'une aube à l'autre, du sommet des falaises aux rives ombrées des sous-bois, son oeil s'immisce patiemment dans le déploiement de la vie en ces paysages qui ont su conserver l'esprit sauvage d'un monde originel.

Marguerites
Mirer le monde
   avec l'oeil d'une fourmi
      couché dans l'herbe
Azurés
Psyché d'azurés
   quel est le tangible quel
      est le fantôme

Tandis que la lumière humide accroît subtilement la sécheresse de son intensité, la faune et la flore se dévoilent dans leur intimité secrète, tout d'abord sous les rayons obliques qui sculptent les contours en clairs-obscurs des fleurs nimbées de rosé. Puis, peu à peu, l'air se réchauffe et les ombres s'amenuisent pour céder la place aux couleurs plus incisives du jour qui avance et fait se succéder les apparitions animales, entre terre et eau. Alors, le bleu du ciel peut se teinter d'un or grandissant, prélude à l'arrivée diffuse du monde de la nuit qui saura, par son épaisseur immobile, régénérer une aube nouvelle...
Pour accompagner ces images finement ciselées, William Chauvin a choisi le langage des haïkus, ces poèmes courts de 17 syllabes qui sont autant de photographies littéraires capturant les émotions fugaces.


Anémones
Armure douce
   le duvet encourage
      l'affront au grand blanc

Florent Cardinaux est né en 1976 à Besançon. Gamin, il aime bien aller « courir les bois » et y construire des cabanes. À l'adolescence , il s'intéresse aux papillons qu'il observe dans le jardin de la maison puis dans les prairies et le bois alentours. La révélation de la photographie se fait avec un vieux compact des années 70 retrouvé dans un grenier. Vers l'âge de 18 ans, Florent acquiert son premier Nikon.

Dans les roseaux
Le corps au repos
   sauf l'oeil toujours aux aguets
      l'ennemi partout

Pendant des années il fait des photos occasionnellement, puis à 22 ans il décide de se rééquiper entièrement et passe à la diapo, « plus sérieuse », tout en pratiquant aussi le noir et blanc. Il commence aussi à observer les mammifères et les oiseaux, et élargit ainsi ses connaissances. S'il travaille en argentique, c'est par souci du rendu des couleurs, de la profondeur et des lumières, car il constate qu'une diapo sur une table lumineuse procure plus de sensations qu'un fichier numérique sur un écran. Florent est passé pro en 2004, année où l'agence BIOS a commencé à diffuser ses images. Il préfère continuer à travailler dans la région qui l'a vu naître car il estime que le proche environnement est une source d'inspiration inépuisable.

Site Internet : www.florentcardinaux.com


Envol
Précède son vol
   cisaille l'atmosphère
      son cri esseulé

William Chauvin est journaliste. Il a choisi le langage des haïkus, un univers épuré et stylisé qui se marie parfaitement avec les options photographiques de Florent Cardinaux. 17 syllabes, rythmées par une alternance courte, longue et courte de 5, 7 et 5 sons, forment une contrainte paradoxale, puisqu'elle engendre la liberté. En effet, pour faire entrer les mots dans ce carcan poétique, il faut bousculer la syntaxe et réinventer son langage. Ces poèmes courts sont autant de photographies littéraires qui capturent des émotions fugaces, parfaits compléments des images finement ciselées qui explorent le subtil changement de la lumière, le temps d'un jour en vallée du Doubs.

Site Internet : www.williamchauvin.fr